Crankstart devient le nouveau sponsor du Booker Prize

Par : Caroline Garnier

28/02/2019

La fondation de bienfaisance de Michael Moritz, investisseur en capital-risque à la Silicon Valley, financera pendant cinq ans le célèbre prix littéraire britannique.

Après 18 ans de partenariat avec the Man Group, le Booker Prize sera désormais sponsorisé par Crankstart. Le prix portera simplement le nom de Booker Prize et International Prize, au lieu de porter le nom de son sponsor comme par le passé.

La fondation Crankstart a été fondée par Michael Moritz et sa femme, Harriet Heyman, en 2000, dans l’objectif de soutenir « les oubliés, les démunis, les malheureux, les opprimés et les causes où une aide fait toute la différence ». Elle a notamment financé des bourses d’études pour les étudiants à faibles revenus de l’Université d’Oxford, de Chicago mais aussi de la Juilliard School. 

« Nous sommes ravis que le Booker Prize ait trouvé de merveilleux sponsors philanthropiques en Cranksart, dont les fondateurs partagent notre vision et nos valeurs. Avec son soutien, nous sommes impatients de développer des initiatives pour que Booker atteigne de nouveaux publics de toutes les générations, et toutes origines à travers le monde. » a déclaré Héléna Kennedy, la présidente des administrateurs de la Fondation Booker Prize.

Cette collaboration permettra également à l’organisation de poursuivre ses activités caritatives au Royaume-Uni, en s’associant notamment avec le National Literacy Trust pour intervenir dans les prisons ainsi qu’avec le RNIB pour développer davantage de contenus accessibles aux lecteurs malvoyants. 

« Les prix Booker sont des moyens de faire connaître les idées, les découvertes, les plaisirs et la joie qui naissent d’une grande fiction. (…) Harriet et moi sommes heureux de pouvoir soutenir des récompenses qui célèbrent la meilleure fiction au monde, la littérature anglaise » indique Michael Moritz.

La dotation du prix restera élevée à 50 000 livres sterling (58 296 euros) et Crankstart aura la possibilité de renouveler son partenariat pour cinq années supplémentaires quand le contrat arrivera à termes.

Les organisateurs du prix ont tenu à préciser que ce partenariat, avec une fondation américaine, ne changera en rien leur refus d’intégrer les auteurs américains à concourir pour le prix. 

Source : The Bookseller

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS