Elliott Advisors prié de revoir son offre de rachat de Barnes & Noble à la hausse

Par : Lucile Payeton

14/06/2019

La bataille pour le rachat de la chaîne de librairies américaine Barnes & Noble continue. Hier, un groupe d’actionnaires a demandé à ce que l’offre d’Elliott soit revue à la hausse. Dans le même temps, il exhorte le conseil d’administration d’explorer les offres proposées par d’autres acheteurs.

Alors que le fonds d’investissement Elliott Advisors pensait pouvoir créer une super structure de chaînes de librairies à travers le Royaume-Uni et les États-Unis en combinant Waterstones et Barnes & Noble (après le rachat effectif), le groupe d’actionnaires mené par Richard Schottenfeld a jugé l’offre de 683 millions de livres sterling (606 millions d’euros) - dette incluse - en dessous de la valeur de l’entreprise. 

« L’entreprise vaut considérablement plus que le prix de rachat fixé par l’offre. Nous pensons que le conseil d’administration, y compris son président, Mark [Carleton], a échoué à son devoir de maximiser sa valeur pour les actionnaires », a-t-il expliqué dans leur déposition auprès de la Commission de Sécurité et des Échanges (Securities and Exchange Commission).

Richard Schottenfeld détient lui-même 3,4 % des parts de l’entreprise.

L’accord entre Elliott et Barnes & Noble stipule un dédommagement de 4 millions de dollars (3,5 millions d’euros) dans le cas où le rachat est effectué par une tierce partie avant jeudi 13 juin, 23h59. Le distributeur américain ReaderLink LLC avait fait part de sa volonté de présenter une offre plus concurrentielle. 

Mais la direction de Barnes & Noble a indiqué dans l'après-midi, selon Reuters, n'avoir en réalité reçu aucune autre offre que celle d'Elliott.

À cette heure, aucune des parties n’a encore communiqué sur le rachat effectif. 

Source : the Wall Street Journal 

TEMPS DE LECTURE: 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS