Royaume-Uni : lettre ouverte des auteurs contre le Brexit

Par : Lucile Payeton

23/05/2019

Les auteurs britanniques se sont engagés dans une lettre ouverte, publiée hier, à défendre la place du Royaume-Uni en Europe et à se dresser contre le Brexit, mettant en avant les répercussions imprévisibles qu’un retrait de l’Union européenne pourrait avoir sur le marché du livre.

Parmi les signataires figurent Neil Gaiman, Philip Pullman, Nikesh Shukla, John Le Carré, Warren Ellis, Robert Harris, Joe Abercrombie,
 
 
Plus de 11 millions d’euros par heure
 
Le secteur de la culture - qui inclut l’édition et le marché du livre - est l’un des plus profitables au Royaume-Uni. Il rapporte 11,332 millions d’euros par heure - soit près de 272 millions d’euros par jour - à l’économie du pays.
 
« Nous sommes vos auteurs, les auteurs du Royaume-Uni. Nous écrivons les séries télévisées qui passent sur les écrans britanniques et les livres rangés sur les étagères britanniques. Nous faisons partie de cette soupe bouillonnante que sont les industries créatives - avec les jeux, le cinéma, le théâtre et le reste - qui ensemble rapportent 10 millions de livres sterling par heure au pays. En effet, le Royaume-Uni publie plus de livres par tête que n’importe quel autre pays sur Terre. »
 
 
Un marché du livre qui repose sur l’exportation
 
En appelant à rejeter le Brexit, les auteurs s’appuient sur l’importance des relations entre les pays européens et le Royaume-Uni pour le marché du livre.
 
En effet, le chiffre d’affaires du secteur de l’édition dans le pays repose à 60% sur les exportations. Et 36% des exportations de livres au format papier sont à destination des autres pays européens. Les auteurs demandent donc ce qu’il va advenir du secteur dans ce climat d’incertitude. 
 
« Sans avoir une idée précise de ce que le Brexit sera, il est impossible de savoir exactement ce que nous allons perdre. Un dixième ? Un cinquième ? Un tiers de ce sur quoi nous vivons ? Il nous faudra faire des compromis. Allons nous devoir nous débarrasser du début, du milieu ou de la fin de l’histoire ? Les lecteurs préfèrent-ils ne pas connaître le coupable, ne pas savoir comment le crime a été résolu, ou ne pas savoir qui restera à la fin de l’histoire ? »
 
 
Choisir la certitude
 
Les auteurs finissent leur lettre ouverte, en demandant aux citoyens de voter en connaissant ce qu’ils ont présentement, et risquent de perdre si le Royaume-Uni sort de l’Europe. 
 
« Avec les élections pour le Parlement européen, et le référendum qui paraît presque inévitable, nous voulons inciter tout le monde à voter pour rester dans l’Europe - à moins qu’ils ne sache déjà ce qu’ils choisissent de perdre, pour eux-même et pour tous ceux qu’ils connaissent, et qu’ils soient heureux avec ce choix. […] Nous choisissons l’Europe. » 
 
En janvier dernier, la Society of Authors (syndicat des auteurs britanniques) avait déjà publié un livre blanc, demandant au gouvernement britannique de se pencher sur la législation nationale, notamment en matière de droit d’auteur, de financement et de TVA. De leur côté, les éditeurs et les fabricants ont commencé à s’organiser, par crainte de rupture d’approvisionnement
 
 
La lettre en entier est disponible sur le site du Guardian.

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS