#Shelfie : une tendance qui nuit au marché des e-books

Par : Hermine Damamme

17/07/2017

Les ventes d’ebooks ont baissé au Royaume-Uni et aux États-Unis en 2016. Selon The Daily Telegraph, la tendance au Shelfie y serait pour quelque chose…

L’année 2016 n’a pas été bonne du tout pour les ventes de livres numériques au Royaume-Uni et aux États-Unis. Selon une étude publiée par The Publishers Association, les ventes ont diminué de 17% cette année, au profit des ventes de livres physiques qui ont augmenté de 7%. De même, aux États-Unis où les ventes de livres numériques ont reculé de 18,7 % sur les neuf premiers mois de l’année, le livre papier a regagné du terrain avec 4,1% de ventes en plus par rapport à l’année précédente. 

Cette chute peut s’expliquer de bien nombreuses manières : l’amour indéfectible de certains lecteurs pour le papier et pour son odeur, l’envie de s’éloigner au maximum des écrans, le coût parfois élevé… The Daily Telegraph a récemment avancé un tout autre argument qui fait mouche : celui de l’attrait des lecteurs pour le Shelfie (un mot-valise issu de la contraction des termes « Self » et de « Shelf », clin d’oeil au « Selfie »), cette tendance que l’on voit fleurir dans les fils d’actualité Instagram et qui consiste à prendre en photo sa bibliothèque et à la partager avec ses abonnés. 

Les lecteurs aiment exhiber leur bibliothèque sur les réseaux sociaux pour son côté esthétique, mais aussi, parce qu'ils en sont fiers. Selon Rebecca McGrath, Senior Media Analyst chez Mintel, une bibliothèque est un moyen de « montrer sa personnalité, son intellect et ses centres d’intérêt. […] C’est d’ailleurs pour cette raison que les gens préfèrent acheter des classiques au format papier et de la littérature plus légère en numérique ». 

TEMPS DE LECTURE: 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *