États-Unis : une tribune suscite la colère des bibliothécaires

Par : Joanna Kurcz

23/07/2018

La proposition d'un professeur d'économie de remplacer les bibliothèques par des librairies Amazon suscite un tollé.

Dans son article pour Forbes, Panos Mourdoukoutas, professeur d'économie à LIU Post à New York, a écrit que les bibliothèques « n'avaient plus la même valeur qu’avant » et qu'elles devraient être définitivement remplacées par les librairies Amazon.

« Au fond, Amazon fournit quelque chose de meilleur qu'une bibliothèque locale sans les taxes. C'est pourquoi Amazon devrait remplacer les bibliothèques locales », a écrit Mourdoukouta. « Le changement permettrait aux contribuables d’économiser de l'argent et aux actionnaires d'améliorer la valeur d’Amazon ».

Les bibliothécaires et les usagers de bibliothèques ont réagi avec fureur, soutenant que les bibliothèques fournissent des services qui ne pourraient jamais être égalés par une entreprise privée, qu'elles sont essentielles pour les plus démunis et qu'elles représentent un bon rapport qualité-prix pour le contribuable.

« N'en déplaise à Forbes, mais un peu de recherche vous empêcherait de publier ce genre d’âneries », a écrit un membre de la bibliothèque Harris County au Texas dans une réponse à l'article sur Facebook. « Peut-être qu'à l'avenir, vous pourriez demander l'aide d'un bibliothécaire. De nombreuses études ont montré que les bibliothèques sont plus que rentables. Au Texas, par exemple, pour chaque dollar dépensé par les contribuables dans les bibliothèques, les bibliothèques rapportent 4,64 dollars à l’économie. » 

De nombreux bibliothécaires à travers le pays ont défendu cette institution, en disant qu'elles offrent des services qu'une entreprise privée comme Amazon ne pouvait espérer égaler. Dans une série de tweets, Amanda Oliver, qui a été bibliothécaire à Washington DC pendant 7 ans, a déclaré que la valeur des bibliothèques pouvait être perçue dans les services offerts à un grand nombre de personnes.

«Ce sont les bibliothécaires qui aident les gens à remplir des formulaires de demande de logements gratuits, des formulaires de visa et tout ce qui touche aux besoins humains fondamentaux », a écrit Oliver. « C'est un abri quand il gèle, quand il pleut ou quand il fait chaud. C'est aussi un accès aux journaux gratuits. C'est tellement pour beaucoup de personnes ».

« Les bibliothèques fournissent réellement quelque chose pour tout le monde, sans exception. Personne n'est exclu de l'accès à la bibliothèque ! [Que ce soit] les prisonniers, les personnes handicapées, les personnes âgées, les jeunes, les riches, les pauvres, etc. ».

« Ce pays a un vrai problème à ignorer les plus démunis. Et les premières choses que nous voulons faire disparaître semblent toujours être les institutions qui les aident. Quel privilège de penser que les bibliothèques ne sont que des livres ».

Les bibliothécaires se sont insurgés contre l’idée selon laquelle les amphithéâtres et les cafés comme Starbucks remplaceraient le rôle des bibliothèques dans la création du lien social (manifestations publiques, lieux de lecture, de travail, etc.). 

Sources : The Guardian, Forbes (Article supprimé le 24.07.2018) | Illustration : Creative Commons

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *