Hooked : le « Twitter de la fiction »

Par : David Moszkowicz

12/12/2016

La lecture de livres au format SMS pour la génération Snapchat

La lecture de livres au format SMS pour la génération Snapchat : c’est l’idée géniale des créateurs de HOOKED, une application mobile qui permet d’accéder gratuitement à des milliers d’histoires.

Un an après sa création, sa popularité auprès des 13-24 ans ne cesse de croître, avec déjà plus de 1,8 million d’adolescents convaincus.  « Hooked » est aujourd’hui l’une des applications de lecture pour iOS les plus téléchargées aux États-Unis, en passe de déloger Kindle et Audible de leur place de leaders des applications gratuites sur l’Apple Store américain. 

Les secrets d’un succès

L’addiction du lecteur est entretenue avec une efficacité redoutable : un modèle freemium met l’eau à la bouche en livrant gratuitement les 1.000 premiers mots des 50 best-sellers de Young Adult, parmi lesquels des thrillers, de la romance, de la SF et de la comédie - genres les plus en vogue chez le public ciblé. Le système fonctionne sur le même schéma que celui des séries télévisées : le blocage de la lecture sur la note d’un cliffhanger. Une fois le premier millier de mots achevé, l’utilisateur a ainsi deux options : patienter une demi-heure que le contenu se recharge, ou souscrire à un abonnement (de 2,99 $ par semaine, 7,99 $ par mois ou 39,99 $ à l’année) pour un accès illimité au contenu. 

En créant ce véritable « Twitter de la fiction » avec un contenu « addictif » distribué au fur et à mesure de la narration, l’objectif était initialement de construire une communauté d’un milliard de lecteurs consommant chaque jour, et même, créant, du contenu narratif sur leur téléphone. Et à long terme, de concurrencer des plateformes telles que Wattpad, sur laquelle des milliers d’histoires sont mises en ligne chaque jour. Un objectif presque atteint, un an plus tard.

Tout comme le genre et le format choisis, le support a également son importance. Des tests effectués sur 15 000 personnes par les deux fondateurs montrent que lorsque la lecture s’effectue sur ordinateur, seuls 35 % des lecteurs vont jusqu’au bout de l’histoire, alors que 85 % d’entre eux la terminent lorsqu’ils la lisent sur leur téléphone. 

Un contenu spécialisé

Pas moins de 200 écrivains se sont attelés à l’écriture de ces histoires spécialement adaptées pour l’application. Avec quelques consignes strictes à respecter : l’histoire doit être « addictive » , ne doit pas comporter trop de descriptions, le dialogue doit primer sur le monologue intérieur, la psychologie des personnages ne doit pas être trop approfondie et le langage doit également être celui des « jeunes ». Dans la mesure où l’histoire se lit au format SMS, le style doit également épouser les codes du langage texto. Illustration.

Ella: RU there? I’m in trouble

Ella: Pls answer me.

Ella: Pls, pls, pls, pls, pls

Jacob: I’m here. Whats up? U OK?

Ella: No. I’m in serious trouble.

Jacob: Why? Where RU?

Ella: IDK. I think I’ve been kidnapped.

La concurrence de géants

Il n’a pas fallu longtemps pour qu’Amazon s’empare de cette idée de génie : en novembre, la plateforme a lancé « Amazon Rapids » une application éducative qui raconte aux enfants des histoires, là aussi, sous forme de « chat stories ». 

La cible est différente : ici, ce sont les enfants de 7 à 12 ans qui sont visés. Le principe est sensiblement le même : faire découvrir par « petits bouts » une histoire en faisant défiler le texte dans une interface de chat. Tout y est : des petits points indiquant qu’un message est en cours de rédaction aux bulles de conversation qui « éclatent » au fur et à mesure, en passant par les sons qui indiquent que le message a été posté. Nous avons vraiment l’impression d’être sur What’s app ou Messenger. 

En plus de son côté ludique, l’application propose une lecture enrichie de chaque contenu : les enfants peuvent contrôler la vitesse de lecture pour aller à leur propre rythme, chercher la définition de mots compliqués et les intégrer dans un glossaire, mais aussi « écouter » la prononciation de certains mots grâce à une fonctionnalité audio intitulée « Read To Me ». 

Disponible aux États-Unis sur iOS, Android et sur les tablettes Amazon’s Fire, l’application coûte 2,99 $ par mois. Comptant actuellement une centaine d’histoires, la plateforme prévoit d’enrichir son catalogue d’une douzaine d’histoires par mois.

À l’heure où les 15-19 ans passent en moyenne 12h par semaine rivés sur leur portable (cf. l'étude réalisée par le CNL en juin 2016), l’enjeu d’apporter la lecture au lecteur où il se trouve est de taille. Un challenge qui semble en passe d’être remporté grâce à ces entreprises innovantes, en attendant de transformer l’essai en passerelle vers des ouvrages de format plus « traditionnel ».

TEMPS DE LECTURE: 3 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.