Le gouvernement interpelé sur la lecture numérique et le handicap

Par : Dario Alcide

21/02/2018

Selon le gouvernement, 18% de la population française a un taux d'incapacité supérieur ou égal à 80%, quelle que soit la nature du handicap (visuel, auditif, moteur, cognitif, mental ou psychique).

Pour autant, entre 5% et 10% seulement des ouvrages publiés chaque année en France sont accessibles aux personnes empêchées de lire du fait d'un handicap et moins de 10.000 personnes pratiquent le braille. Si les avancées technologiques du livre numérique permettent de nouvelles pratiques pour les publics empêchés, Mme la secrétaire d’Etat chargée des personnes en situation de handicap a été questionnée concernant l’accessibilité au numérique.

Si l’avènement des e-books a permis de réelles améliorations pour certains publics empêchés de lire, il reste malgré tout des progrès à faire, selon Romain Grau (La République en Marche) qui adressait en décembre dernier une question écrite à Mme la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées. Le député souhaitait que le gouvernement sensibilise les concepteurs de logiciels, afin qu'ils prévoient une offre complète permettant à tous, et notamment aux personnes victimes d'un handicap, d'avoir recours à l'ensemble des possibilités qu’offrent aujourd'hui les outils numériques. « Certaines personnes souffrant d'un handicap moteur sont empêchées de toute action sur un clavier ou un écran tactile. Il ne leur reste plus que la possibilité de commander des fonctions par l'intermédiaire d'un contacteur placé sur ou à proximité d'une partie du corps encore mobile ou d'utiliser une commande oculaire. Or ces accessoires ou logiciels ultimes n'offrent pas toutes les possibilités ouvertes par la technologie, particulièrement concernant l'utilisation des liseuses. Ainsi, il est impossible pour eux de lire sur un écran adapté à la lecture de livres. »

De la même manière qu’il existe aujourd’hui des tournes pages actionnables par un contacteur ou par le souffle, pour les livres papiers, il semble envisageable d’imaginer des dispositifs comparables et compatibles avec les liseuses, par exemple. 

Concernant la lecture publique (papier et numérique), les résultats de l’étude de la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) du ministère de la Culture et de la Communication ont été publiés en janvier 2017. Cette étude a été menée dans le but de dresser un état des lieux complet des actions et des partenariats mis en œuvre en faveur des publics empêchés. « Par publics empêchés, nous entendons les personnes en situation de handicap, les personnes hospitalisées ou en établissements de santé, ainsi que les personnes sous main de justice (adultes et mineurs, milieux ouverts et fermés) », précisait le Ministère. Selon le document, 87% des Bibliothèques Municipales ont mis en place au moins une action. 80% s’adressaient à des publics en situation de handicap. 

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *