PNB ne fait pas l’unanimité

Par : Dario Alcide

21/02/2018

Lancé en 2012, le dispositif interprofessionnel de prêt numérique en bibliothèque (PNB), opéré par DILICOM et soutenu à son lancement par le CNL, n’en finit plus de faire parler de lui.

Malheureusement, il ne semble toujours pas rencontrer le succès. L’Association des bibliothèques de France (ABF) vient de publier les résultats d’une enquête sur l’utilisation du dispositif.

L’échantillon de l’enquête est jugé par l’ABF « non représentatif mais suffisant pour alerter sur la situation et la nécessité de ne pas la laisser perdurer ». En effet, seuls 104 établissements (sur 3 000 adhérents) ont souhaité répondre au questionnaire. Malgré tout, le constat est inquiétant : « seul 1/3 des répondants (36 sur 104) utilisent PNB y compris par le biais d'une BDP », déclare l’association. Voir l’infographie.

Globalement, le service est jugé peu satisfaisant. Parmi les utilisateurs de PNB, la faiblesse du catalogue (16 sur 36), les DRM (21 sur 36) et le coût du service (13 sur 36) sont les principaux points négatifs. Certaines bibliothèques proposent d’autres services de prêts numériques, soit en complément soit à la place de PNB. 

Ainsi, 58% des bibliothèques ayant répondu proposent à leurs abonnés le prêt d’une liseuse déjà chargée en livres numériques. Ces e-book sont soit issus du domaine public, soit des livres du PNB, ou encore des livres simplement achetés chez des libraires. « On peut le regretter mais ce qui est légal pour le papier, ne l'est pas pour le numérique. Seul un cadre contractuel permet à une bibliothèque de prêter des livres numériques. Et sans que l'on puisse savoir si ces pratiques reproduisant le modèle du papier sont appliquées en sachant être hors la loi, il faut souligner l'existence de ces usages », rappelle cependant l’association. Et de conclure « une étude plus ambitieuse est nécessaire pour approfondir et mieux appréhender les réalités de terrain, sans stigmatiser des pratiques loyales à défaut d'être légales ».

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, Overdrive, propriété du japonais Rakuten, vient de publier ses chiffres concernant les prêts d’e-books et d’audio-books pour les bibliothèques passant par son réseau. En 2017, 155 millions d’e-books (+11% par rapport à 2016) et 68 millions de livres audio (+24%) ont été prêtés.

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *