Posséder des livres permettrait de mieux lire

Par : Dario Alcide

22/12/2017

Une étude de la National Literacy Trust, conduite en novembre et décembre 2016 sur 42 000 enfants anglais de 8 à 18 ans, confirme que le fait de posséder un livre joue sur les capacités de lecture.

Selon cette étude, les possesseurs de livres seraient 14 fois plus susceptibles de développer des capacités de lecture au-dessus de la moyenne (28% contre 1,9%).

L’œuvre de bienfaisance, dont l’une des principales fonctions est d’aider les enfants défavorisés à développer leurs capacités de lecture, avait déjà conduit une telle étude en 2010, sur 18 000 enfants. Si, à cette époque, un tiers des interrogés avaient déclaré ne pas posséder de livres, ils ne sont plus que 9,4% en 2016. « C'est une augmentation massive depuis 2010 », nous apprend le rapport, récemment publié. 

L’étude révèle en particulier une inégalité dans la répartition des possesseurs de livres. Ainsi, les garçons sont presque deux fois plus susceptibles de ne pas avoir de livres (12,3%, contre 6,6%), tout comme les élèves de 14 à 16 ans sont deux fois plus à ne pas avoir de livre que ceux de 8 à 11 ans (14,9% contre 7%). Enfin, les bénéficiaires de repas scolaires gratuits sont également plus nombreux à ne pas avoir de livres à eux à la maison (13,1% contre 9,4% de moyenne).

Les données récoltées mettent également en évidence que les enfants ne possédant pas de livres :

  • Ont de moins bons résultats sur un test de lecture
  • Sont près de quatre fois plus susceptibles de lire moins bien que la moyenne prévue pour leur âge
  • Apprécient moins la lecture
  • Sont moins susceptibles de lire quotidiennement
  • Sont des lecteurs moins confiants

Les résultats de cette étude ont été publiés à l’occasion du lancement de la campagne Christmas Stories qui vise à offrir aux enfants défavorisés du Royaume-Uni leur tout premier livre pour Noël.


Source : Tes

TEMPS DE LECTURE: < 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.