Baromètre « Les Français et la lecture » 2019 : le nombre de lecteurs en hausse

Par : Caroline Garnier

13/03/2019

Le Centre national du livre a dévoilé ce mercredi au sein de ses locaux, son troisième rapport bisannuel sur « Les Français et la lecture ». Des chiffres rassurants qui démontrent un intérêt constant voire même croissant des habitants de l’Hexagone pour les livres.

Réalisé par Ipsos en janvier dernier auprès d’un échantillon de 1 000 personnes âgées de 15 ans et plus, ce troisième baromètre est selon Vincent Monadé, président du CNL, « optimiste mais avec mesure ».

En 2019, 88% des Français se déclarent lecteurs, soit une hausse de 4 points par rapport à 2017. Cette augmentation est notamment portée par les hommes (85 %, + 6 points depuis 2017), les 15-24 ans (91 %, + 9 points depuis 2017) et les 65 ans et + (96 %, + 7 points depuis 2017). 

Les femmes et les 65 ans et + restent néanmoins ceux qui estiment lire beaucoup de livres, respectivement 32 % et 30 %. 

Les trois genres les plus lus restent inchangés depuis 2015. Les romans (74 %), les livres pratiques (56 %) et les BD/mangas-comics (51 %) sont une nouvelle fois les catégories qui séduisent le plus les Français. 92 % des lecteurs affirment en effet avoir lu un de ces genres littéraires lors des 12 derniers mois. 

Cependant, les choix de lecture des Français semblent davantage se diversifier. 6,4 genres littéraires ont ainsi été lus en moyenne au cours des 12 derniers mois, contre 6,1 en 2017 et 2015. 

Si les jeunes adultes ont témoigné d’un intérêt croissant pour les BD (53 %, soit + 13 points), les mangas/comics (51 %, soit + 14 points) et les romans de Science-Fiction (57 %, soit + 57 %) ; les femmes se sont davantage tournées vers les livres sur le développement personnel (44%, + 6 points) et les mangas/comics (19 % , + 7 points). 

93 % des Français lisent pour le plaisir contre 96 % en 2017. Les jeunes adultes sont ceux qui lisent le moins pour leurs loisirs (85 %), compte-tenu de leur statut d’étudiant, qui les pousse à lire dans le cadre de leurs études (45 %).

Les moments de lecture se pratiquent majoritairement dans un cadre privé (95 %) contre 79 %  hors du domicile. Les jeunes adultes sont notamment ceux qui s’adonnent davantage à la lecture dans les transports. Le soir reste également le moment de la journée le plus propice à la lecture (44 %), selon les Français et plus précisément selon les femmes (49 %).

La moitié des interrogés affirme lire quotidiennement, un taux plus important pour les femmes (59 %) ainsi que pour les 65 ans et +. A contrario, les hommes (39 %) et les jeunes adultes (41 %) sont moins assidus.

Si le support papier reste le format privilégié par les Français et notamment les femmes (30 % d’entre elles ont lu 20 livres papier et plus au cours des 12 derniers mois), les ouvrages numériques connaissent une augmentation de leur consultation. 24 % des Français ont lu un livre numérique en 2019, contre 19 % en 2015. Une tendance particulièrement vraie pour les 15-24 ans, dont 47 % d’entre eux ont lu au moins un livre sur ce support au cours des 12 derniers mois. Les femmes ont consulté 5 livres numériques en 2019 contre 3 en 2017.

L’étude révèle que les lecteurs de ce support sont essentiellement des jeunes, des étudiants ou bien des CSP + et Franciliens. 91 % des Français lisent des livres papiers, contre 24 % pour les ouvrages numériques. 68 % d’entre eux lisent exclusivement sur support papier contre 1 % sur format numérique. 23 % des Français affirment lire aussi bien des livres papiers que numériques.

En ce qui concerne les modes de procuration des livres, 88 % des Français affirment acheter leurs ouvrages neufs, contre 33 % d’occasion. Or, les grands lecteurs sont moins nombreux à acheter des livres neufs (87 %, soit - 5 points par rapport à 2017) au profit de l’occasion (53 %, soit + 4 points par rapport à 2017). Ces chiffres démontrent, selon Armelle Vincent Gerard, en charge de l’étude chez Ipsos, l’attachement des Français au fait posséder leurs propres livres. Ainsi, 72 % des interrogés déclarent ne pas emprunter de livre en bibliothèques, car ils préfèrent lire des livres qui leur appartiennent.

Les grandes surfaces restent les lieux privilégiées pour se procurer des livres, pour 76 % des Français. 68 % d’entre eux achètent leurs ouvrages en librairies générales et 48 % sur Internet.

26 % des interrogés déclarent ne pas acheter de livres en libraire. Parmi les freins évoqués à cet acte d’achat, 51 % indiquent qu’ils n’ont pas de librairies à proximité de chez eux, 36 % précisent que les livres qu’ils recherchent ne sont pas en stock et 29 % estiment que les prix exercés dans les librairies sont plus élevés, une raison avancée qui est en baisse - 3 points par rapport à 2017.

Le choix d’un livre est conduit pour 87 % des participants par la recommandation d’un proche. De plus, 82 % d’entre eux se rendent sur des points de ventes en sachant quel livre ils vont acheter. Au sein des structures de ventes, le sujet (96 %) et la 4 ème de couverture (90 %) sont des éléments déterminants pour favoriser l’acte d’achat. 

Si 35 % des hommes lisent pour approfondir leurs connaissances, contre 18 % des femmes, ils ne sont que 16 % à lire par plaisir contre 25 % des femmes. 

72 % des Français précisent qu’ils ne lisent pas davantage car ils n'ont pas assez de temps, tandis que 63 % d’entre eux précisent qu’ils préfèrent s’adonner à d’autres loisirs. Ainsi, 88% préfèrent écouter de la musique et 8 % sortir avec des amis. Cependant, 69 % des participants aimeraient lire plus de livres. S’ils avaient une journée supplémentaire dans la semaine à dédier à leurs loisirs, 17 % d’entre eux affirment qu’il la consacrerait à la lecture. 

Face à ces données, Vincent Monadé a exprimé sa satisfaction de voir que « Les Français lisent autant, voire plus qu’en 2017 » tout en réaffirmant son souhait de « faire du livre, une grande cause nationale » et de mener les actions du CNL « en faveur d’une lecture qui puisse rester un loisir. »

Pour se faire, Vincent Monadé invite la politique publique à se focaliser sur la lecture et notamment le projet « Partir en livre », mais aussi à initier davantage de campagnes de communication sur la lecture. 

De plus, pour les baromètres à venir, la mise en place de l’outil Booktracking devrait permettre de connaître avec précision le nombre de livres vendus et d’offrir des statistiques plus fidèles au marché.

Source : CNL - L'intégralité de notre Live Tweet de la conférence est à retrouver ici.

TEMPS DE LECTURE: 4 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS