Les données des véhicules sont utiles aux enquêtes policières

Par : David Moszkowicz

10/01/2021

Aux Etats-Unis des règles souples permettent aux autorités d’accéder à un trésor d’informations.

Un meurtre non élucidé daté du 26 juin 2017 vient ainsi de trouver résolution, grâce à l’extraction d’une voix enregistrée par l’ordinateur du véhicule, donnant commande au système main libre de jouer Eminem sur la radio de bord.

La voix a ensuite été identifiée par les proches de la victimes, révélant l’auteur du crime comme un ami de la victime (les deux réparaient ensemble des voitures et motos).

Racontée par NBCNews, l’histoire révèle l’ensemble des données rassemblées et stockées par l’ordinateur embarqué dans chaque véhicule mis en circulation depuis ces dix dernières années. 

De la géolocalisation à la vitesse, passant par l’ouverture et la fermeture des portes, l’envoi de sms ou d’appels, ainsi que les commandes vocales employées et l’historique de navigation web. Mais aussi le poids du conducteur et des passagers, les appareils connectés au véhicule… Soit autant, voire davantage qu’un téléphone portable.

Si ces données aident à résoudre des enquêtes criminelles, elles sont aussi accessibles à des personnes malveillantes. Comme ce petit ami ayant installé un logiciel espion sur la Land Rover dernier cri de sa petite amie en Australie, pour surveiller ses moindres mouvement, y compris de démarrer ou arrêter à distance le véhicule, ouvrir ou fermer les fenêtres.

Si les données ne sont pas accessibles à tout le monde, nécessitant un certain savoir faire pour les extraire, les traces et empreintes de chacun ne cessent de s’étendre.

TEMPS DE LECTURE: < 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS