L’expansion du marché de la non-fiction aux États-Unis

Par : Lucile Payeton

24/06/2019

Si le chiffre d’affaires net 2018 du secteur de l’édition est en déclin outre-Atlantique - 25,82 milliards de dollars (22,67 milliards d’euros) contre 27,96 milliards de dollars (24,54 milliards d’euros) net en 2014 - la littérature grand public, grâce à la non-fiction, se porte bien. Et l’e-commerce prend une place grandissante dans la distribution.

L’Association des éditeurs américains (AAP) a publié son rapport annuel faisant le bilan du chiffre d’affaires de l’année 2018, avec une rétrospective sur les quatre dernières années. 

L’analyse fait la somme des catégories grand public, matériel d’enseignement supérieur, matériel pédagogique de la maternelle à la troisième, livres professionnels et presses universitaires. Elle intègre aussi tous les formats et tous les canaux de distribution.

L’ascension de la non-fiction 

Parmi les genres littéraires les plus porteurs pour les maisons d’édition, les oeuvres de non-fiction (adultes, jeunesse et Young Adult) pèsent le plus lourd.  Depuis 2014, le marché de la non-fiction adulte a ainsi gagné 22,8 % en chiffres d’affaires, tandis que les ventes de livres à l’unité ont progressé de 20,9 %. 

Le chiffre d’affaires de la littérature non-fiction jeunesse et Young Adult a augmenté de 38,5 % entre 2014 et 2018 et les ventes de livres ont augmenté de 17,8 %.

Le grand public, une catégorie plutôt constante 

En effet, la part du chiffre d’affaires des livres fiction, non-fiction et des presses religieuses (catégorie grand public) est la plus importante du chiffre d’affaires de l’édition.

Entre 2014 et 2018, le chiffre d’affaires est passé de 15,43 milliards de dollars (13,54 milliards d’euros) à 16,19 milliards de dollars (14,21 milliards d’euros) en 2018 - soit une progression de plus de 760 millions de dollars (667 millions d’euros) en quatre ans.

Le e-commerce préféré par les éditeurs ? 

Le rapport souligne aussi l’installation des sites de e-commerce comme canaux de distribution privilégiés par les éditeurs. 

2018 est en effet la deuxième année consécutive où les ventes des éditeurs sur les plateformes de e-commerce ont dépassé celles des distributeurs physiques (librairies, chaînes), rapportant successivement 8,03 milliards de dollars (7,03 milliards d’euros) et 6,90 milliards de dollars (6,05 milliards d’euros). 

Le rapport annuel - publié le 21 juin dernier, est disponible à l’achat sur le site de l’AAP.

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS