L’Académie des lettres du Québec ne compte plus que sur une subvention privée

Par : Joanna Kurcz

06/06/2018

L’Académie des lettres du Québec est en difficulté.

L’Académie des lettres du Québec est en difficulté. Présidée par l’auteur Émile Martel, elle ne compte désormais plus, selon Les Libraires, que sur la subvention privée octroyée par Power Corporation pour assurer son fonctionnement. L’entreprise internationale de gestion et de portefeuille diversifiée verse chaque année la somme de 25 000$ canadiens à l’Académie - ce qui lui permettra de décerner ses prix annuels, dont le prix Ringuet du roman, le prix Alain-Grandbois en poésie, le prix Victor-Barbeau de l’essai et le prix Marcel-Dubé en théâtre. Toutefois, l’Académie estime ne plus être en mesure d’exercer ses autres activités puisque « l’aide gouvernementale habituellement accordée n’est plus au rendez-vous ».

Afin de défendre l’Académie des lettres du Québec, 51 écrivains ont signé une lettre envoyée le 23 mai 2018 au Premier ministre du Québec, Philippe Couillard, rappelant qu’il s’agit d’une « institution littéraire de premier plan » pour la province canadienne, et de demander qu’il soit donné à l’organisation « les moyens, modestes mais réels, de poursuivre son action ».

TEMPS DE LECTURE: 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS