Le chiffre d’affaires de Taylor &Francis en légère hausse

Par : Caroline Garnier

08/03/2019

La maison d’édition britannique enregistre une progression de son chiffre d’affaires de + 0,6 % pour l’année 2018, soit un total de 533 millions de livres sterling (622 millions d’euros) contre 530 millions de livres sterling en 2017 (619 millions d’euros).

Informa, la société mère de Taylor & Francis, précise que l’éditeur spécialisé dans les publications académiques et scientifiques a « affiché des performances constantes sur les abonnements de revues et une croissance importante des ouvrages spécialisés suite notamment à une amélioration du programme visant à augmenter leurs revenus sous-jacents de 2,2 % ».

Le bénéfice d’exploitation ajusté a néanmoins chuté de - 4,6 % pour atteindre les 198 millions de livres sterling (231 millions d’euros) en 2018, contre 208 millions de livres sterling (242 millions d’euros) l’année précédente, malgré une progression du bénéfice sous-jacent de + 0,3 %.

Informa prévoit une performance continue de Taylor & Francis en 2019, avec une hausse sous-jacente de plus de 2 % ainsi qu’un renforcement des marges.

La société mère de l’éditeur, spécialisée dans l’édition scientifique et professionnelle, enregistre quant à elle une croissance de son activité de + 3,7 %, avec un chiffre d’affaires de 2 369 millions de livres sterling (2 767 millions d’euros). 

Son bénéfice ajusté est également en progression de + 2,3 %, soit 732 millions de livres sterling (855 millions d’euros) en 2018 contre 544 millions de livres sterling (635 millions d’euros) en 2017.

Stephen Carter, président du groupe a affirmé qu’il s’agit « d’une cinquième année consécutive d’amélioration de la croissance » en indiquant son souhait de se concentrer davantage, en 2019, sur leur performance et leur croissance afin de consolider leur position sur le marché. 

« Cela nous permettra de tirer le meilleur parti de notre envergure opérationnelle accrue et de notre spécialisation sectorielle, en créant des opportunités intéressantes pour une croissance et des rendements supplémentaires », souligne -t-il. 

Source : The bookseller

TEMPS DE LECTURE: < 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS