Les ventes des librairies françaises ont progressé de 0,6 % en 2018

Par : Caroline Garnier

04/01/2019

Les Librairies Indépendantes ont dévoilé, jeudi 3 janvier, les chiffres de leurs ventes 2018. Malgré les différents mouvements sociaux qui ont secoué la fin d’année, le bilan des ventes est, selon les données de l’Observatoire de la librairie, positif et en légère progression par rapport à 2017.

Si l’activité globale est stable par rapport à l’année précédente, les librairies ont augmenté leur chiffre d’affaires de + 0,6 %. Les ventes au comptant, c’est-à-dire les achats effectués directement en caisse du magasin, ont connu une hausse de + 0,7 % tandis que les ventes à terme, réalisées auprès de professionnels (incluant écoles et bibliothèques) par paiement différé, ont augmenté de + 0,1 %. En 2017, le bilan s’était conclu avec une baisse de - 1,9 %.

Si les manifestations des « gilets jaunes » ont causé une diminution du chiffre d’affaires (-3,3 %) des librairies entre le 17 novembre et le 16 décembre, ce dernier s’est redressé à partir du 17 décembre avec une hausse de +0,4 % au comptant. 7,2 % du chiffre d’affaires annuel au comptant des librairies a été réalisé du 17 au 23 décembre. Le samedi 22 et le dimanche 23 décembre 2018 enregistrent même une hausse de +10,7 % au comptant par rapport aux samedi 23 et dimanche 24 décembre 2017.

Les secteurs fiction, jeunesse, sciences humaines et bande dessinée ont réalisé à eux seuls 72 % du chiffre d’affaires. Parmi les quatre catégories, la bande dessinée est celle qui comptabilise la plus importante progression (+6,3 %). Un constat qui s’explique selon Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française, par la parution d’albums originaux. « En littérature on a eu du mal cette année à trouver les locomotives mais on les a trouvées dans d’autres secteurs, notamment en bande dessinée, avec des phénomènes éditoriaux hors du commun comme L’arabe du futur de Riad Sattouf, qui sans doute vient aussi capter une clientèle qui habituellement lit de la fiction en forme romanesque », explique-t-il.

Même si la rentrée littéraire de septembre a été décevante, la littérature enregistre globalement des ventes satisfaisantes en 2018. La littérature en grand format a augmenté de +2,9 %. Néanmoins, après la rentrée littéraire, les ventes ont diminué de -2,1 %, alors qu’avant le 19 août elles étaient en hausse de +7,7 %. Si la littérature française a progressé de +4,4 % , la littérature étrangère a connu une légère baisse de -0,6 %.

La fiction a comptabilisé une progression de +1,4 %. Les ventes de romans ont été constantes avec une hausse de +2,3 % sur l’année, dont une augmentation de +2,7 % après la rentrée littéraire, tandis que les ventes de thrillers et les romans policiers ont connu une baisse de -2,9 %.

La Disparition de Stéphanie Mailer (Fallois) de Joël Dicker, Couleurs de l’incendie (Albin Michel) de Pierre Lemaître, Leurs Enfants après eux (Actes Sud) de Nicolas Mathieu et la BD L’Arabe du futur T.4; Une jeunesse au Moyen-Orient ( 1987-1992) de Riad Sattouf, publié chez Allard, sont les oeuvres qui ont enregistré le plus de ventes en 2018.



Crédits photos : Creative Commons

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS