Le prix Wepler-Fondation La Poste 2019 pour Lucie Taïeb

Par : David Moszkowicz

13/11/2019

L’autrice a reçu lundi le prestigieux prix à la brasserie Wepler, à Paris, pour son second roman, Les Échappées.

Poétesse et traductrice française, Lucie Taïeb est agrégée d’allemand en 2002 et docteur en philosophie et littérature comparée. Sa thèse, intitulée « Territoires de mémoire, l’écriture poétique à l’épreuve de la violence historique », soutenue en 2008 sous la direction de Jean-Yves Masson (Paris IV), a été publiée en 2012 aux Classiques Garnier.

Maître de conférence à l’Université de Brest, l’autrice contribue régulièrement à remue.net en tant que poétesse. Elle a également publié plusieurs recueils aux éditons Lanskine et un premier roman déjà aux Éditions de l’Ogre en 2016, Safe.

Le communiqué résumé ainsi l’intrigue des Échappées :

« Au cœur de l’été, une fille étrangère vient troubler le quotidien morne d’Oskar et de sa sœur, qui habitent avec leurs parents une maisonnette en bordure d’une voie de chemin de fer désaffectée. En parallèle de ce récit d’initiation, ou plane l’ombre d’un drame, se déploie une société entièrement dévouée au travail et a l’asservissement des esprits et des corps.

Il règne dans cet univers un discours de terreur, la promesse d’une terrible menace qui est sur le point d’advenir et que seule Stern, héroïne placide, poète plus que guerrière, ose défier.

Au cours de quatre saisons mouvementées, « Les Échappées » tisse un récit de l’émancipation par le mouvement. On suit des femmes qui ont choisi la fuite par courage, pour se sauver et sauver celles et ceux qu’elles aiment, pour échapper à une parole autoritaire et mensongère, à un pouvoir oppressant et destructeur.

Lucie Taïeb noue, en deux intrigues parallèles, un drame qui met en opposition, dans la sphère intime et dans la sphère politique, des individus isolés face à un pouvoir qui pourrait les écraser, mais dont ils parviennent à s’affranchir. »  

Le prix Wepler-Fondation La Poste soutient depuis 1997 treize écrivains sélectionnés afin qu’ils existent sur la scène littéraire automnale. Son jury tournant est constitué d’une détenue, de libraires, d’un postier, de deux critiques littéraires et de lecteurs.

Le prix est doté de 10 000 euros, récompensant une prise de risque romanesque et un style exigeant.

Au côté de Lucie Taïeb, Bruno Remaury a reçu la Mention spéciale du jury pour son roman Le Monde horizontal paru aux éditions Corti, avec une dotation de 3 000 euros. La Mention spéciale consacre selon le communiqué « un ovni littéraire prodigieusement inclassable ».

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS