Prix littéraires : haute saison pour les imprimeurs

Par : Angèle Boutin

12/11/2018

Le prix Femina, annoncé le 5 novembre dernier a ouvert la saison des prix littéraires, et par conséquent la haute saison pour les imprimeurs qui doivent réimprimer à toute hâte les différents titres remportant les prix.

Les trois imprimeurs français qui se partagent les titres primés sont Floch, Normandie Roto et CPI. Cette période est « salutaire » pour ces derniers entre réimpression et tirages exponentiels. 

L’imprimerie Brodard et Taupin (CPI) a réimprimé Idiotie, de Pierre Guyotat, Prix Médicis 2018 publié chez Grasset. En 24 heures c’est une dizaine de milliers d’exemplaires qui ont été imprimés et expédiés par l’imprimeur.

Normandie Roto se partage l’impression du Goncourt avec Floch, tout en en conservant la plus grande partie selon Graphiline

Enfin, les Femina, Femina étranger et Femina essais, ainsi que les Renaudot, Renaudot de l’essai, et prix spécial du jury Renaudot et une partie des impressions du Goncourt, reviennent à l’imprimeur Floch. Le Renaudot (Le Sillon de Valérie Manteau) avait été initialement imprimé par Laballery, mais compte tenu de l’importance du tirage, il a été réimprimé à 100% par sa filiale Floch comme l’a expliqué le président du groupe Hubert Pédurand à Graphiline.

   

Crédits photo : CC0 License

TEMPS DE LECTURE: < 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS