Australie : les bibliothèques tasmaniennes ne pénaliseront plus les retardataires

Par : Caroline Garnier

29/11/2018

La Tasmanie est l’un des premiers Etats australiens à avoir adopté la suppression des frais de retard appliqué par les bibliothèques du pays. Cette mesure vise à augmenter la fréquentation de ces lieux culturels et ainsi endiguer le taux d’analphabétisme.

Les retardataires australiens n’auront plus de souci à se faire. Les frais de 1 $ ( 0,88 € ) par semaine pour les livres en retard sont désormais supprimés. Elizabeth Jack, directrice des bibliothèques tasmaniennes estime que sans cette pénalisation les lieux de lecture seront plus « accessibles et accueillants ». Certaines personnes, selon elle, ne fréquentent plus les bibliothèques de peur d’avoir à payer ces frais de retard. Elizabeth Jack cite l’exemple d’un retraité qui avait emprunté des livres et qui ne s’était plus jamais représenté à la bibliothèque, car il n’avait pas assez d’argent pour payer la contravention.

Les organisations de protection sociale se réjouissent de cette mesure qui permettra aux personnes à faible revenu, jeunes parents, enfants et personnes âgées, de se rendre en bibliothèque sans crainte.  « Pour la plupart des personnes vivant avec des revenus très bas, l’idée de payer des frais parce que vous avez oublié de rendre un livre à temps implique beaucoup de stress » précise Kim Goodes, directrice du Conseil des services sociaux de Tasmanie. «  Les livres, l’apprentissage et les bibliothèques ne devraient pas être une source de stress. Ils devraient être une source de plaisir » ajoute-t-elle.

La Tasmanie figure parmi les États australiens qui se classent au dernier rang en terme d’alphabétisation, avec près de la moitié de la population analphabète. La suppression des frais de retard devrait donc également contribuer à  l’augmentation du taux d’alphabétisation, en incitant les personnes à emprunter davantage. Cette décision a notamment été saluée par 69% des personnes interrogées par ABC Hobart sur Facebook. Les autres sondés affirment que cette mesure ne les incitera pas forcément à aller davantage à la bibliothèque.

Même si les retards ne seront plus pénalisés, les ouvrages perdus ou endommagés entraîneront quant à eux toujours des frais. Néanmoins, les pénalités se baseront sur la valeur de l’article et n’ont plus sur un prix fixe de 20 $ (17,57 €) pour les livres et 30 $ (26,35 €) pour les DVD.  Elizabeth Jack précise que « si le livre a six ou sept ans et approche de la fin de sa durée de vie, nous n’allons pas facturer le coût de remplacement. »

D’autres bibliothèques du pays devraient suivre le mouvement et renoncer, elles aussi, à ces frais de retard.

Source: abc.net.au

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS