État des lieux du marché de l’édition au Maroc

Par : Angèle Boutin

09/04/2018

Essors du numérique et de l’auto publication sur un marché où la langue arabe domine.

L’édition professionnelle privée

Le rapport 2016-2017 de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud sur l’état de l’édition et du livre au Maroc explique que les 178 éditeurs professionnels que compte le pays ont publié 1248 titres, soit 43% de la production (principalement en langue arabe).

Les deux tiers de ces publications sont concentrées sur l’axe Casablanca-Rabat, une proportion équivalente au nombre d’imprimeurs sur cette même-zone. Néanmoins, avec 16% des publications, la région du Nord semble vouloir se trouver elle aussi une place au soleil. 

L’édition institutionnelle 

Le dernier tiers des publications professionnelles est assuré par les institutionnels, les organismes publics et les associations avec en tête de ligne la fondation Mouminoun Sans Frontière (49 titres). Il s’agit d’une édition plus sporadique et occasionnelle; en effet, seuls 18 d’entre eux publient plus de 10 titres par an. 

La faculté des lettres et sciences humaines d’Agadir est le seul établissement universitaire à figurer parmi les institutionnels avec 11 titres en langue arabe et 7 en langues étrangères. Les autres facultés publient des livres et des périodiques, avec « un budget dédié » par les universités comme l’explique Driss Mansouri (président de l’université d’Hassan II de Casablanca). Son université a d’ailleurs présenté ses publications lors du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca (8-18 février 2018). 

L’auto-édition

Le marché de l’édition à compte d’auteur, bien que très peu structuré à ce jour, représente 25% des publications imprimées chaque année. Ce sont 718 titres qui ont ainsi été autofinancés par les auteur. 

Nos confrères de l’Economiste relèvent que le problème principal de l’édition à compte d’auteur, est lié à la diffusion qui est souvent limitée à la ville-même de l’auteur ou à son « cercle de connaissances ». 

L’édition numérique 

Cette dernière part du marché de l’édition reste marginale, ceci malgré le nombre des publications qui a doublé en un an. L’édition numérique représente pour sa part 11,5% du total des publications. 

Enfin, il est important de noter dans le rapport que le prix moyen du livre est en hausse : +3,8 DH par rapport à l’année précédente. Son prix ne représente que 23% du prix public moyen d’un livre en France. 

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS