États-Unis : certains livres européens aussi soumis à l’augmentation des droits de douanes

Par : Rachèle Rodier

04/10/2019

Suite à une décision de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) les États-Unis souhaitent imposer des droits de douane, équivalents à 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d’euros) sur les marchandises provenant de l’Union Européenne. Les livres non-reliés et certains articles de journaux n'échapperont pas à la règle.

Depuis 15 ans les États-Unis et l’Union Européenne s’affrontent au sujet des tarifs, en lien avec les subventions illégales accordées à Airbus (UE) et à son rival américain Boeing.

L’OMC a donné hier l’autorisation à Washington d’appliquer des tarifs douaniers afin de sanctionner l’obtention illégale de subventions d’aéronefs pour l’Union Européenne. Les produits (whiskies écossais, vin français, café, fromage etc…) seront soumis à un droit de douane de 25 % à partir du 18 octobre prochain.

Des tarifs qui seraient appliqués à une centaine de produits, y compris des livres imprimés d’Allemagne et du Royaume-Uni. En 2018, les exportations de livres entre le Royaume-Uni et l’Amérique du Nord ont représenté 128 millions de livres sterling (143,5 millions d’euros).

Une décision jugée inacceptable par Stephen Lotinga, directeur général de la Publishers Association (association des éditeurs britanniques) qui a confié au Bookseller refuser « que les exportations de livres soient un dommage collatéral » dans le conflit.

Et de rajouter : « Nous en avons immédiatement parlé avec le Département du commerce international et l’Office de la propriété intellectuelle. […] Nous continuerons de défendre fermement les droits de douane qui pourraient nuire au commerce et qui ne sont dans l’intérêt de personne ».

Finalement, la Publishers Association est revenue sur sa déclaration en fin de semaine, en s'excusant et précisant que les droits de douanes ne seraient pas imposés sur tous les livres imprimés, car « les livres imprimés reliés » ne seraient pas inclus.

Ainsi, les droits concerneraient « les livres imprimés non-reliés, brochures, dépliants et des articles de journaux ».


Source : The Bookseller

TEMPS DE LECTURE: 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS