Fabrice Gabriel : « La FACIM oeuvre à un maillage régional autour de la littérature »

Par : Lucile Payeton

18/05/2019

Ancien critique, Fabrice Gabriel est désormais conseiller littéraire de la Fondation pour l'Action Culturelle Internationale en Montagne (fondation FACIM). Cette année, il est le programmateur de la 19ème édition des rencontres littéraires en Savoie Mont-Blanc. Celles-ci invitent les visiteurs à écouter et découvrir la région, au fil de lectures et d'interventions d'auteurs, de traducteurs et d'éditeurs.

BookSquad : Comment êtes-vous arrivé au sein de la Fondation  pour l’Action Culturelle Internationale en Montagne (Fondation FACIM) ? 
 
Fabrice Gabriel : J'ai un parcours assez multi-disciplinaire, mais toujours en lien avec la littérature. Je suis consultant littéraire pour la fondation FACIM depuis le début de l’année, après avoir travaillé pour différents réseaux culturels, notamment en tant que directeur du Bureau du livre à New York, puis à l’Institut français à Berlin. J’ai aussi eu l’occasion d’écrire pour la presse, des critiques, et ai été journaliste pour la radio. 
 
Mon arrivée à la fondation FACIM s'est faite au travers de la directrice Martine Buissart. Connaissant mon parcours, elle m’a demandé, un peu comme un défi, de travailler sur le projet de cette édition. Après deux jours passés là-bas, j’ai réfléchi à une programmation qui serait vraiment attachée et spécifique au lieu, à la région. Je voulais mettre l’accent sur cet espace, qui est vraiment un lieu d’échanges, de part sa proximité avec l’Italie et la Suisse. 
 
BS : Quelles sont les spécificités de l'édition de cette année ?
 
F.B. : Les rencontres s’organisent autour d’un week-end soit à Aix-les-Bains, soit à Chamonix ; cette année à Aix-les-Bains donc. L’objectif est de mettre en relation les visiteurs, notamment les habitants de la région, avec des personnes qui évoluent dans le milieu des livres et de la littérature, des éditeurs, des auteurs et des traducteurs. 
 
Cette année, je voulais donner un autre rôle au paysage. Avec ces rencontres littéraires, le décor est plus qu’un décor, il est ce qui module les échanges. Il invite à la réflexion. J’ai voulu faire appel à des invités qui sont familiers des thèmes choisis : le rapport aux langues, la question de la traduction, la mobilité des langues. 
 
Dans la continuité du travail de la fondation qui a aussi créé une résidence d’écrivains, le but est de mélanger des personnes qui ont peut-être des accès à la culture limitée, notamment par la position géographique et le un mode de vie plutôt rural, et de leur apporter de nouvelles expériences culturelles, de les confronter à des questions sur les mots et le langage qui émergent devant un paysage montagneux. Un tel lieu sollicite de s’interroger sur les relations haut et bas, ce qui se passe de part et d’autre des frontières. 
 
BS : Comment a été choisi le thème « Partager des lointains, à la croisée des panoramas » ? A quoi les visiteurs peuvent-ils s’attendre ?
 
F.B. : Cette 19ème édition veut instaurer un dialogue et une réflexion sur le rapport entre langue et lieu, La Savoie occupe un espace géographique privilégié, en France, proche de l’Italie et de la Suisse, c’est un milieu montagnard. Il y a forcément cette dimension de haut et de bas, de mobilité de la langue aussi, autant de questionnements qui surgissent lorsque l'on est dans un tel endroit. 
 
Je me suis attaché à inviter des personnalités, auteurs, traducteurs, éditeurs, qui sont spécialistes des relations entre frontières et langues, par leurs vies professionnelles comme personnelles. Ils sont d’ailleurs aussi invités à écrire ou à réécrire des textes sur les langues par rapport au paysage auquel tous, visiteurs et professionnels, seront confrontés lors des rencontres : les montagnes et le lac du Bourget. Ce sont aussi des personnes qui ont pu réfléchir au rapport entre langue et identité. Je prends l’exemple de l’autrice Aliona Gloukhova, qui est biélorusse, mais qui a étudié en France et écrit en français. Ou encore Valérie Zenatti, qui en plus d’être traductrice, est aussi écrivaine. Ce sont des femmes avec qui les visiteurs peuvent échanger sur l’identité et ses complexités, et la mobilité de la langue. 
 
BS : Y-a-t'il pour vous un enjeu particulier de cette édition ? 
 
F.B. : L'enjeu principal des rencontres est de mener l’expérience d’une communauté et d’échanges sur un thème dans un lieu, avant de penser à organiser d’autres rencontres dans d’autres lieux qui ouvriraient à d’autres sujets de discussion sur des thèmes connexes. 
 
BS : Avez-vous des idées de projets futurs pour les éditions à venir ? 
 
F.B. : Mon souhait est d’étendre les rencontres littéraires au delà du week-end que nous proposons en juin. Pourquoi ne pas proposer des rencontres dans un autre lieu, face à un autre paysage, durant une autre saison ? Je songe aussi à développer le format et les rencontres à plus de manifestations, pas obligatoirement les restreindre à la littérature d’ailleurs, mais de faire entrer aussi d’autres formes d’arts, les arts plastiques notamment. L’idée première de ces rencontres étant de faire profiter du privilège de la position géographique, de l’utiliser presque comme prétexte pour confronter au paysage et à ces enjeux, et les encourager à réfléchir, à produire du texte, des images. C’est pourquoi nous songeons à inviter des auteurs de romans graphiques et de bandes dessinées au cours de prochaines manifestations. 
 
FACIM, notamment aux travers des rencontres littéraires, oeuvre à un travail de maillage régional autour de la littérature et de la culture, par extension. Notamment avec le développement de projets incluant les universités de la région. Nous entretenons de très bon liens avec l’Ecole des Beaux-Arts d’Annecy. Nous voudrions profiter de la vie intellectuelle et artistique de la région aussi pour organiser des manifestations et brasser les populations de Savoie. Nous aimerions aussi mettre en place des collaborations, pourquoi pas co-organiser des manifestations avec des associations et des organisations installées de l’autre côté des frontières, en Suisse par exemple. 
 
Retrouvez le Programme des rencontres littéraires en Savoie Mont-Blanc. L'évènement aura lieu du 14 au 18 juin prochains à Aix-les-Bains.
 
 
Propos recueillis par Lucile Payeton. 

TEMPS DE LECTURE: 4 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS