Italie : le Salon du livre de Turin dans la tourmente

Par : Angèle Boutin

14/09/2018

Un nouveau rebondissement pour le Salon Internationale del Libro di Torino qui se retrouve sans président, après l’abandon de Massimo Bray hier. Nicola Lagioia, directeur du salon, commente : « c’est dommage mais le Salon doit continuer ».

Le salon du livre de Turin est dans une situation d’urgence absolue depuis qu’il n’a plus de président. Massimo Bray, officiellement nommé depuis moins d’un mois, a finalement refusé de prendre la tête du Circolo dei lettori (association organisatrice de l’évènement), et donc la présidence du salon, pour « des raisons strictement personnelles ».

De plus, la charge de président d’une institution qui organise aussi bien le salon du livre de Turin que de nombreuses autres activités littéraires sur la région est chronophage. Or Massimo Bray, qui vit à Rome, est déjà à la tête de la Treccani (magazine sur la culture italienne).

Sergio Chiamparino, président de la région piémontaise, et Chiara Appendino, maire de Turin, s’engagent « à trouver une solution adaptée au défi que le Salon rencontre, sans interruptions d’aucune sorte et sans que cela ne porte préjudice à ce que le Circolo dei Lettori met d’ores et déjà en place pour cette nouvelle édition ».

Un Salon sans président, avec un directeur sans contrat

Nicola Lagioia, directeur du salon du livre, a réagit à cette annonce : « cela ne veut pas dire que nous ne travaillons pas. Depuis déjà quelques temps nous parlons avec les auteurs et les éditeurs, cependant nous sommes ralentis du point de vue bureaucratique par l’absence de contrat pour officialiser nos postes ».

L’agacement et la fatigue

Les équipes de Nicola Lagioia travaillent ainsi déjà à l’organisation de la manifestation qui se déroulera en mai 2019, « nous sommes une bonne équipe, nous avons commencer à travailler dès la fin de l’édition 2018. […] C’est la troisième année que nous travaillons dans l’urgence et c’est un peu agaçant ».

L’assesseur à la Culture de Turin, Francesca Leon, ne cache pas sa fatigue, tout en comprenant les motivations de Massimo Bray : « C’est un nouveau rebondissement que nous devons affronter, mais nous y sommes habitués maintenant. Quoi qu’il en soit, le Salon de Turin aura bien lieu ».

Source : Il Corriere della Sera

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS