Le SLF demande l’abandon de l’achat direct des manuels scolaires par la Région ARA.

Par : Caroline Garnier

13/12/2018

Le Syndicat de la librairie française a annoncé ce jeudi, par communiqué, avoir envoyé un courrier à Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (ARA), pour lui demander de ne pas mettre en place l’achat direct des ouvrages scolaires par la Région.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite en effet supprimer l’aide aux familles pour l’acquisition de manuels scolaires, et procéder elle-même à l’achat des ouvrages. Un vote est prévu les 19 et 20 décembre prochains en assemblée plénière du Conseil régional ARA pour délibérer sur cette question.

En soutien aux libraires rhônalpins, qui ont alerté mardi 11décembre le président de la Région ARA sur les risques que suscite cette décision, le SLF a tenu lui aussi à interpeller Laurent Wauquiez.

Si cette mesure est censée permettre aux lycéens de bénéficier gratuitement d’ouvrages scolaires, le SLF souligne que cette décision aurait des conséquences dramatiques pour les libraires de la région. Selon le Syndicat, ce projet ferait perdre aux librairies indépendantes pas moins de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. Or ces structures sont adaptées pour répondre à des achats de particulier, mais ne permettent pas de fournir un nombre d’ouvrages conséquent, comme ce pourrait être le cas dans le cadre d’une commande pour un lycée par exemple. Ainsi, le SLF craint que cette réforme ne profite à des grossistes, implantés hors de la région et capables de satisfaire une telle demande.

Cette perte serait également accentuée par la disparition des achats additionnels ainsi qu’une baisse de fréquentation de ces espaces. Lorsque les familles se rendent en librairie pour acheter des ouvrages scolaires, leur panier est souvent complété par des articles supplémentaires ; une part non-négligeable qui serait donc amenée à disparaître si les parents n’ont plus besoin de se rendre en libraire.

Le SLF tient à rappeler que la rentabilité des librairies est en moyenne inférieure à 1 % , la plus faible du commerce de détail. La perte de ces ventes entrainerait donc de nombreux licenciements, voire des fermetures.

Selon le communiqué, le projet de la Région ARA semble d’autant moins urgente que les lycéens de la région bénéficient déjà d’une forme de bourse aux livres, par le versement sur leur carte Pass’Région d’une somme qui leur permet d’aller acheter eux-mêmes directement leurs manuels en librairie.

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS