Les éditeurs espagnols réfléchissent à un « pacte national pour la lecture et le livre »

Par : Lucile Payeton

25/07/2019

Au lendemain des rencontres annuelles de l’édition qui se sont tenues à Santillana del Mar la semaine dernière, la Fédération de la Guilde des éditeurs espagnols (FGEE) a annoncé qu'elle oeuvrerait durant les prochains mois à la création d’un "pacte national pour la lecture et le livre », en réponse au défi lancé par le ministre de la Culture espagnol, José Guirao.

Espagne

L’association compte parmi ses membres plus de 700 maisons d’édition espagnoles, elles-mêmes représentant près de 97 % du chiffre d’affaires de l’édition du pays.

Les éditeurs ont ainsi abordé plusieurs points essentiels en matière de culture et d’éducation dans le pays, tel que le rétablissement du rôle de l’éditeur comme agent dans la création de programmes publics de promotion de la lecture et du livre, aussi bien en Espagne, qu’à l’international.

Le président de la FGEE, Miguel Barrero souligne aussi l’importance du terme « pacte » et de ses implications : « Nous devons travailler sur cette idée de pacte, et non de plan, car son sens est bien plus mobilisateur. Nous devons pouvoir impliquer la société civile dans son ensemble. [..] Après la crise et les bouleversements provoqués par le développement des technologies, il est urgent de réfléchir et d’œuvrer pour l’avenir de l’industrie, mais surtout pour la lecture et le livre qui sont des éléments symboliques de la culture ».

Un travail de collaboration entre l’enseignement et la culture

Afin de garantir la réimplantation du livre comme élément central de la culture en Espagne, l’académicienne Carmen Riera a rappelé lors de son intervention, l’importance d’inculquer le goût de la lecture, qui de fait, conduit à la réappropriation du livre et de la culture par le lecteur, mais surtout, au développement d’une cohésion nationale à travers la littérature.

Le Secrétaire d’État à l’Éducation, Alejandro Tiana, a exprimé le soutien du gouvernement dans la création de ce pacte, qui doit reposer sur « un lien plus étroit entre la culture et l’enseignement ». Toujours dans cet objectif de transversalité, le directeur général du Livre, Olvido García Valdés a souligné que « la promotion de la lecture ne doit pas seulement servir à augmenter le nombre de lecteurs, mais aussi à obtenir de bons et fidèles lecteurs. La lecture doit être associée à une forme de développement personnel ».

Le marché hispanophone

Ce pacte pour la lecture et le livre ne se limite pas seulement à des actions nationales. Les éditeurs ont ainsi exprimé leur volonté de promouvoir le livre au delà des frontières espagnoles.

La langue espagnole étant également parlée dans la majorité des pays d’Amérique du Sud, le livre est un facteur non-négligeable qui peut bénéficier à la croissance de l’édition espagnole à l’étranger.

Plusieurs éditeurs ont ainsi souligné l’importance de connaître non seulement les lecteurs de ces pays, mais surtout les acteurs du livre des pays importateurs du livre espagnol, faisant ainsi émerger l’idée du développement d’une cartographie de la filière du livre, spécifique à chacun de ces pays, à intégrer dans le « pacte national pour la lecture et le livre ».

Le marché du livre en Espagne a enregistré plus de 160 millions d’exemplaires de livres vendus, et environ 76 600 titres publiés en 2018 - ce dernier chiffre est néanmoins à prendre avec précaution, car en février dernier, l’agence de l’ISBN a indiqué que 76 180 titres avaient été publiés par les éditeurs espagnols.

 

Source : Federación de Gremios de Editores de España

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS