Livre audio : un marché allemand historiquement plus structuré qu’en France

Par : Angèle Boutin

18/03/2019

Le Bureau International de l’Édition Française (BIEF) a rassemblé lundi 18 mars, à Livre Paris, une table ronde autour d’acteurs du livre audio en France et en Allemagne afin d’évaluer les possibilités de collaboration entre les deux pays.

Si en France et en Allemagne les premiers éditeurs de livres audio sont apparus au même moment, à savoir entre 2000 et 2005, les deux marchés ne se sont pas structurés de la même manière, et le marché outre-Rhin semble plus mature.

Alice Roux, en charge des droits et des licences, représentait la maison d’édition allemande Argon créée en 2005 et qui appartient aux cinq plus grands éditeurs de livres audio du pays. La France était représentée par Valérie Levy-Soussan, directrice d’Audiolib (vice-présidente de la commission livre audio du SNE) et Cécile Palusinski, présidente de l’association La Plume de Paon (organisatrice de plusieurs prix dédiés à l’audio).

L’Allemagne compte près de 82 millions d’habitants, pour environ 18 millions d’auditeurs de livres. C’est une pratique bien ancrée, dans le mode de vie des utilisateurs, environ une fois par mois.

Argon Verlag, a suivi la structuration du marché : en 2006 la maison d’édition s’est lancée dans le téléchargement avec DRM (protection du fichier). Puis, en 2012, passage au sans DRM. En 2013 l'éditeur passe à la music streaming, puis en 2017 au livre audio en streaming et en 2018 Argon a investi le marché des podcasts. La maison d’édition travaille aussi bien avec Audible, que Thalia, Amazon, Hugendubel, iTunes, Spotify, GooglePlay, Deezer.

En matière de chiffre d’affaires, le format CD représente 50 % des ventes, l’abonnement Audible 27 % et 14 % pour l’abonnement en streaming. En ce qui concerne les royalties versées, l’abonnement Audible représente 38 % des droits et l’abonnement en streaming 20 %. Le support CD fonctionne encore très bien en Allemagne, alors qu’il disparait des voitures, et des maisons.

Le marché allemand est en avance sur la diffusion des livres audio en streaming, alors que la France de son côté reste frileuse. La rémunération en streaming fonctionne actuellement comme pour la musique : le livre audio est découpé en « tracks » (pistes) de trois minutes maximum, et l’écoute d’une piste coûte environ 1/2 centimes d’euros.

En ce qui concerne la création de contenus, il y a encore peu de productions propres au livre audio. Une tendance qui tend à évoluer car les jeunes auditeurs exigent de plus en plus de contenus originaux aussi bien en Allemagne qu’en France. Cécile Palusinski explique qu’il faut se détacher de la simple lecture audio d’un livre afin que le format n’entre pas en comparaison avec le format papier, mais qu’il s’agisse bien d’une expérience à part entière, et incomparable.

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS