Royaume-Uni : 4% des livres pour enfants ont des personnages issus de minorités

Par : Joanna Kurcz

17/07/2018

Une étude britannique révèle que sur les 9 115 titres publiés l'année dernière, seuls 4 % présentent des personnages principaux noirs, asiatiques ou issus de minorités (Black, Asian & Minority Ethnic — BAME).

Dans un projet de recherche financé par le Arts Council England, le Centre for Literacy in Primary Education (CLPE) a demandé aux éditeurs britanniques de soumettre des livres présentant des personnages noirs, asiatiques ou d’une minorité ethnique (BAME) en 2017. Parmi les 9 115 livres pour enfants publiés l'année dernière, les chercheurs ont constaté que seuls 391, soit 4 % des titres, mettent en scène des personnages BAME. Seulement 1 % avaient un personnage principal BAME, et un quart des livres soumis ne comportait de la diversité que parmi les personnages secondaires.

Pourtant, 32,1 % des écoliers ont des « origines ethniques minoritaires » en Angleterre selon le ministère de l'Éducation britannique. « C'est un chiffre frappant et choquant lorsqu’on le lit », a déclaré Farrah Serroukh, qui a dirigé le projet pour le CLPE.

Les chercheurs ont également analysé la qualité de la représentation, ainsi que la quantité des personnages BAME. Ils ont découvert que plus de la moitié des livres mettant en avant un personnage BAME était considérée comme du « réalisme contemporain » et que 10 % contenaient des questions de « justice sociale », telles que la guerre et les conflits. Un seul livre pour enfants avec un personnage BAME a été défini comme une comédie.

« Est-ce que les personnes issues de minorités n'ont qu’une plateforme lorsque leur souffrance est explorée ? Et comment cette disproportion de la représentation fausse-t-elle les perspectives des groupes minoritaires ? », questionne l’étude.

« Les sujets tels que les conflits et l'expérience des réfugiés sont des sujets que les auteurs explorent […] », a déclaré Farrah Serroukh au Guardian. « Nous avons besoin de livres comme ça, mais ils doivent faire partie d’un large panel de livres afin que les lecteurs puissent comprendre que les personnes issues de minorités ont autant de vies différentes que les autres — oui, il y a des luttes, mais il y a aussi aller chez le dentiste ou aller au supermarché ».

Le rapport indique que « chaque enfant a le droit de se sentir en sécurité et valorisé » et que « dans le climat socio-politique et économique actuel, le risque de marginalisation est encore plus grand ». Il avertit les éditeurs que si les enfants ne voient pas leurs réalités se refléter dans le monde qui les entoure ou ne voient que les représentations problématiques qui leur sont reflétées, l'impact peut être terriblement dommageable.

« Remédier aux déséquilibres des représentations n'est pas un acte de charité mais un acte de nécessité qui profite et enrichit toutes nos réalités », ajoute le rapport.

L'auteur Nikesh Shukla, interrogé par The Guardian, a été l'un des principaux auteurs de la diversité au Royaume-Uni, a siégé au comité directeur du rapport du CLPE. « Je sens que l'industrie s'améliore, mais un rapport comme celui-ci nous rappelle combien il reste du travail à faire […] », a-t’il déclaré.

« Quand vous découvrez le monde, être capable de vous voir dans les livres — ainsi que les gens qui ne vous ressemblent pas — est vraiment important. Un enfant devrait pouvoir s'imaginer comme n'importe qui dans le monde. Ces miroirs sont si importants ».

Ses mots font écho à ceux de l’auteur américain Walter Dean Myers, qui écrivait en 2014 : « Les livres transmettent des valeurs. Ils explorent notre humanité commune. Quel est le message lorsque certains enfants ne sont pas représentés dans ces livres... Où les enfants noirs vont-ils avoir une idée de qui ils sont et de ce qu'ils peuvent être ? »

Serroukh a indiqué que le CLPE avait prévu de travailler avec les éditeurs pour les aider à s'améliorer. Les recommandations incluent une hausse des investissements envers les auteurs de divers horizons, la recherche d'histoires où les personnages principaux sont BAME. Il s’agit aussi de s’assurer qu'ils ne sont pas « principalement définis par leur lutte, la souffrance ou l'altérité ».

« Pour le moment, tous les titres avec des personnages BAME ont un poids important. Ils doivent remplir tant d’attentes », a déclaré Serroukh. « Cela revient à la question du volume. S'il y a plus de livres représentatifs, alors il y a davantage d'opportunités pour que des expériences différentes soient exprimées ».

Dans l'avant-propos du rapport, Serroukh écrit : « Nous savons que ceux qui travaillent dans tous les domaines des livres pour enfants et de l'alphabétisation reconnaissent qu'il y a du travail à faire. Nous voulons canaliser l'élan pour que cela ne se réduise pas à une note maladroite ou à une « tendance » dans l'histoire de l'édition anglaise, car quelque chose d'aussi fondamental que l'identité d'une personne et son sens de soi mérite d'être reconnu, respecté et valorisé… »

Comme les enquêtes de l'Université du Wisconsin-Madison aux États-Unis — qui ont notamment montré une lente augmentation des personnages BAME au cours de la dernière décennie — le rapport du CLPE est destiné à être annuel. Une autre étude, réalisée par BookTrust, est actuellement en cours, examinant le nombre d'auteurs et d'illustrateurs de couleur travaillant dans l'édition pour enfants. Les résultats de BookTrust sont attendus en septembre.

Serroukh a dit espérer que la recherche du CLPE sera utile comme point de départ pour aider les éditeurs. « Nous souhaitons vraiment que le marché britannique développe une conversation plus nuancée. Nous ne voulons pas parler de volume dans trois ans, mais de qualité ».

Source : The GuardianCLPE | Illustration : Creative Commons

TEMPS DE LECTURE: 3 minutes

Commentaires sur “Royaume-Uni : 4% des livres pour enfants ont des personnages issus de minorités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS