Australie : Melbourne University Publishing dans la tourmente

Par : Angèle Boutin

01/02/2019

Louise Adler et cinq autres membres du conseil d’administration de la maison d’édition ont présenté leur démission après l’annonce de l’université de vouloir se concentrer davantage sur la publication de livres universitaires.

Parmi les démissionnaires, Bob Carr, ex premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud, a déclaré que l’éditeur indépendant était devenu « une boutique réservée à la presse, réservée aux chercheurs », avant de rajouter que « c’est un véritable coup dur pour la culture australienne qui a besoin d’éditeurs indépendants »
 
Les démissions ont eu lieu suite à une réunion du conseil d’administration de décembre 2018, autour d’une note faite par le nouveau président de l’université de Melbourne, Duncan Maskell, indiquant que la ligne éditoriale devait changer pour concentrer son activité sur des travaux « purement intellectuels ».
 
En réaction à quoi Louise Adler (ex-éditrice chez Reed Books), Gillian Triggs (ancienne commissaire aux droits de l’homme), Tony Peake (cadre supérieur chez PwC -entreprise d’audit-), Laurie Muller et Danny Gorog (entrepreneur) ont décidé eux aussi de déposer leur démission. 
 
Laurie Muller a expliqué que cette nouvelle direction rendait impossible, pour la maison d’édition indépendante, la publication de titres comme ceux qui ont fait le succès de la MUP depuis les quinze dernières années, sous l’impulsion de Louise Adler. 
 
Les titres déjà sous contrats avec la maison d’édition mais ne rentrant pas dans le cadre de la nouvelle ligne éditoriale seront toutefois publiés. 
 
 
 

TEMPS DE LECTURE: 1 minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS