Hachette UK appelle ses compétiteurs à la transparence sur les disparités salariales

Par : David Moszkowicz

03/12/2018

Dans un appel inédit, la branche britannique du groupe Hachette lance un appel à toutes les grandes maisons d’édition du royaume, afin qu’elles jouent la transparence lors de leur rapport sur l’écart des salaires hommes-femmes au mois d’avril prochain.

La loi anglaise oblige désormais toutes les sociétés de plus de 250 employés à déclarer les écarts salariaux dus au genre tels que constatés à la date du 5 avril 2018, et ce au plus tard le 4 avril 2019.

En montrant l’exemple par une publication anticipée de ses résultats avec 4 mois d’avance, Hachette UK se targue d’améliorations, tout en admettant par la voix de son directeur général, David Shelly, que les chiffres témoignent d’une certaine « rigidité » des usages, en étant « loin de ce qu’ils sont souhaités ».

Le groupe a donc révélé deux séries de chiffres, selon The Book Seller. L’une pour HUK Ltd (l’entité légale au Royaume-Uni), qui exclut Hachette Distribution, Bookpoint, LBS, Bookutoure, Liitle, Brow, Octopus, Orion et Quercus. Et l’autre pour l’ensemble de HUK Group, incluant l’ensemble des branches et des métiers d’Hachette UK.

Pour HUK Ltd, les données révèlent un écart de 30,4 % (contre 29,7 % au 5 avril 2017) pour le revenu horaire moyen, mais un écart de 20,1 % pour le revenu médian dans l’entreprise  (contre 24,7 % en 2017). L’écart pour les primes est encore plus important, à 71,9 % (79,6 % en 2017) sur une base horaire, affecté par la dominante féminine (89 %) des salariés à temps partiel. L’écart pour le bonus médian est de 28,5 % (38,5 % en 2017).

Avec une approche globale, pour l’ensemble d’Hachette Group, l’écart est moins important, à 17,8 % pour le revenu horaire moyen (14,2 % en 2017) et -0,6 % pour le revenu médian. Aussi, l’écart pour les bonus sur une base horaire est de 62,2 % et -0,8 % pour le bonus global moyen.

La lecture de ces chiffres révèle le flagrant manque d’amélioration entre 2017 et 2018. Et expliquent l’initiative - habile - consistant à inviter les concurrents à jouer la transparence : au cas où ils auraient de meilleurs résultats, Hachette Group les aura de toute façon précédés.

L’éditeur n’entend cependant pas en rester à des effets d’annonce. Plusieurs mesures sont ainsi mises en place pour réduire l’écart des salaires entre les sexes dans le groupe outre-Manche. Ainsi, de la mise en place d’un comité pour promouvoir l’égalité salariale ; de processus facilités pour demander des augmentations ; accroître la flexibilité au travail pour tous ; et de façon générale une plus grande transparence au niveau des rémunérations, ainsi que des recrutements dits « à l’aveugle », où la rémunération est fixée en ayant masqué le nom et le sexe du candidat.

The Book Seller rappelle que les maisons d’édition ne sortent pas grandi de l’exercice, avec une majorité d’employés de sexe féminin, mais une majorité d’hommes aux postes les mieux rémunérés.

L’appel d’Hachette vise par ailleurs à une meilleure comparaison des pratiques des différentes maisons, arguant que Penguin Random House UK inclut son activité de distribution dans les chiffres (là où beaucoup d’hommes occupent des postes moins bien payés) tandis qu’Hachette Ltd ne les inclut pas, renforcement le sentiment d’inégalité hommes-femmes au regard de certains compétiteurs. D’où cette nécessité de publier des chiffres avec la même transparence que la méthodologie permettant d’arriver à leur conclusion, afin de saisir la réalité des pratiques et mieux y remédier.

Source : The Book Seller

Crédit images : CC0 Creative Commons

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS