Les éditeurs, premiers bénéficiaires des aides du CNL en 2018

Par : Lucile Payeton

02/07/2019

Le Centre national du livre a accordé plus de subventions et de prêts aux différents acteurs du livre en 2018, 2 266 au total. Bien qu’une légère baisse (-3 % par rapport à 2017) soit observée en terme de valeur, le montant total des aides s’élève à 23,8 millions d’euros. Avec 1 039 aides accordées, les éditeurs sont les premiers bénéficiaires des dispositifs développés par le CNL.

Si la somme totale a diminué en 2018, en terme de valeur (- 3 %), on observe une hausse du nombre d’aides attribuées de +4 %, passant de 2 227 en 2017 à 2 266 en 2018.

L’édition, un secteur pivot 

Ce sont en effet les éditeurs d’ouvrages qui ont perçu la part la plus significative d'aides, représentant 5,44 millions d’euros.

Ce montant se répartit sur plusieurs catégories d’aides : 

  • la publication d’ouvrages (2,1 millions d’euros), 
  • la traduction d’ouvrages (1,9 million d’euros) : des subventions pour l’intraduction et l’extraduction (deux activités dont dépend l’édition au vu des chiffres clés 2018-2019 publiés par le SNE), 
  • et le développement numérique (1,12 million d’euros).

Afin de soutenir le développement numérique des maisons d’édition, le CNL distribue des aides à la numérisation rétrospective et la publication numérique, entre autres.

Parmi les fonds investis dans la publication d’ouvrages, des subventions sont dédiées à de grands projets. En 2018, une seule subvention grand projet (d’un montant de 15 000 euros) a été accordée, à la maison M. Toussaint Louverture pour la publication de la bande dessinée Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris, traduit par Jean-Charles Khalifa. L’ouvrage a d’ailleurs reçu le Fauve d’or au Festival de la bande dessinée d’Angoulême.

Changement de stratégie dans l’investissement pour le numérique

Si l’aide aux éditeurs d’ouvrages pour le développement numérique s’élève à 1,12 million d’euros en 2018, paradoxalement, le CNL a moins investi dans la numérisation patrimoniale de la Bibliothèque nationale de France (BnF), par rapport aux années précédentes. En 2018 l'aide versée a représenté 3 millions d’euros, contre 4,5 millions en 2017.

Plus de subventions pour les auteurs et traducteurs 

Si le CNL a accordé un nombre accru de subventions en 2018, c’est notamment parce qu’il a revu son système d’attribution, qui désormais, ne prend plus en compte les revenus des demandeurs, mais la qualité du projet présenté par l’auteur ou le traducteur.

La somme totale attribuée aux auteurs et traducteurs s’élève ainsi à 2,76 millions d’euros, répartis sur 332 bourses (bourses de création, bourses d'année sabbatique ou encore bourses de résidence) et allocations annuelles. Comparativement, en 2017, 2,29 millions d’euros ont été répartis sur 220 aides.

Quel montant d’aides pour les autres acteurs ? 

Les structures accompagnatrices et de valorisation du livre ont perçu 5,08 millions d’euros pour des projets spécifiques ou pour leurs activités annuelles.

3,64 millions d’euros ont été attribués au total aux bibliothèques (incluant les 3 millions d’euros alloués à la BnF) avec pour objectif de favoriser le développement de la lecture chez les publics empêchés. Les établissements pénitentiaires ont reçu 276 229 d’euros d'aides.

Les librairies ont reçu 377 aides, pour une somme totale de 3,58 millions d’euros en 2018, et les manifestations littéraires, 2,2 millions d’euros. Parmi ces dernières, le Festival de la bande dessinée d’Angoulême a reçu la subvention la plus importante, à savoir, 125 000 euros.

Le bilan des aides 2018 est disponible au complet sur le site du CNL. 

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS