Les objets connectés, le futur de la lecture ?

Par : Claire Chave

18/03/2019

Trois acteurs du monde littéraire numérique ont présentés à Livre Paris trois modes différents de consommation des livres, lors d'un débat sur l'avenir de la lecture dans les dix prochaines années.

Le premier mode de lecture présenté est Webtoon Factory, une plateforme de lecture en ligne lancée par les éditions Dupuis. Son principe phare est de mettre entre les mains des jeunes, dans leurs smartphones, des histoires passionnantes sous forme de BD, de comics ou de manga.

« La plateforme fait appel à des auteurs de 6 nationalités différentes. Il y a 15 auteurs qui travaillent sur Webtoon, dont 6 femmes ; 23 séries ont été lancées ; 3 écoles partenaires ; 3 styles graphiques et genres différents ; 70 projets à l’étude et la plateforme est disponible en deux langues », explique Laetitia El Ouaride, directrice marketing des éditions Dupuy.

À l’occasion du Salon du Livre Paris 2019, les éditions du Tripode ont lancé OVNI, une plateforme de lecture en ligne. La version qui existe aujourd’hui est cependant encore expérimentale.

« Il faut représenter l’œuvre de manière assez ludique, pour aller chercher les gens dans le métro ou les lycées, puisqu’en proposant des œuvres assez faciles d’accès, on attire de nouveaux lecteurs », explique Frédéric Martin, le fondateur d’OVNI.

Le dernier mode de lecture est Iznéo, le pionnier de la lecture de BD numérique en France. Il y a actuellement 32.000 albums disponibles sur la plateforme en 3 langues, le français, l’anglais et l’allemand, pour environ 370 000 utilisateurs.

« Le but est d’aller vers ceux qui consomment du contenu numérique, type jeux vidéo, ou ceux qui écoutent de la musique dans les transports, mais qui ne lisent pas forcément. Il faut trouver les bons formats et les bons usages », explique Luc Bourcier, le directeur général d’Iznéo.

Sur la Nintendo Switch, Iznéo cumule 100.000 téléchargements en deux semaines. Et sur les 1.600.000 albums lus sur l’année en général, environ 40.000 albums ont été lus depuis la Switch en deux semaines.

Ces trois supports sont des supports de lecture supplémentaires qui cohabitent sans entrer en conflit avec le livre papier. La lecture numérique représente 6% du marché du livre en 2018, rappellent les intervenants. Le Webtoon se présente comme une expérience enrichie plus que comme une alternative. « Plus que le format, ce qui compte c’est le contenu », déclare Luc Bourcier.

Le numérique n’a pas encore connu de révolution comme le cinéma qui l’a eu avec les DVD ou désormais Netflix. Le digital, pour le livre, cherche encore son modèle. « Ce qui compte, c’est la beauté du dessin et le contenu narratif qui va suivre. Aujourd’hui, on est tous capté par des séries TV, des films, des jeux vidéo et le vrai problème que rencontre l’édition -  pas la BD ou le Webtoon qui restent rapides à lire -  c’est le manque de temps disponible pour la lecture », explique Luc Bourcier. 

« L’erreur de certains est de considérer qu’il n’y a qu’un seul public et que les gens sont passionnés de tout ce qui va sortir. C’est ce qui freine le passage au numérique de certains éditeurs. En France, le livre est un objet sacré. Cela relève d’une vision très élitiste de l’édition », déclare le directeur général d’Iznéo.

Les livres se déclinent sur de plus en plus d’objets du quotidien, comme l’explique Luc Bourcier : « La lecture sur tablette ou liseuse plafonne. La problématique du livre est d’entrer dans ses supports pour toucher un public plus large et ne pas être marginalisé. Il faut arriver à populariser le livre : si on compte la lecture sur les sites pirates, la lecture numérique est à bien plus que 6 %. Le vrai concurrent du livre reste le site pirate : 120 millions d’albums sont téléchargés sur des sites pirates, contre 100 millions vendus dans le monde ».

Un nouvel entrant, qui fait un carton aux États-Unis, est l’objet connecté : les enceintes intelligentes, comme Alexa ou le Google Home, qui permettent d’écouter des livres audio ou des livres interactifs en interagissant à travers les enceintes connectées, ou écouter son livre audio n’importe où via sa montre connecté.

« L'importance, pour la tranche des 13-19 ans à laquelle on s’adresse, est de raconter des histoires qui leur parle, comme des récits initiatiques. Le manga est le support qui se porte le mieux auprès des 13/19 ans », déclare Laetitia Et Ouaride.

Selon Frédéric Martin, « on a perdu les avantages industriels qui faisaient la force des éditeurs et ça nous oblige à revenir au plus important : le contenu. Et à partir de ce contenu, l’éditeur doit avoir la souplesse de l’adapter à n’importe quel type de support. Nous sommes les gens qui valorisent le contenu ».

TEMPS DE LECTURE: 3 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS