Livre Paris : « Un salon qui révèle la lumière des songes et l’encre des pages »

Par : Angèle Boutin

12/02/2019

Lors de la conférence de lancement du Salon du livre de Paris qui a eu lieu ce matin au siège de la Région Île-de-France à Paris, les officiels de divers horizons ont ensemble souligné la dynamique du secteur, dans un cadre de renouveau maintenu du « plus grand évènement dédié au livre en France ».

« L’Europe est une idée, un idéal » (Vincent Montagne)
 
La conférence de lancement de la 39ème édition du salon du livre de Paris, dans les locaux de la Région, a été l’occasion pour Valérie Pécresse de faire un bilan de politique du livre menée sur le territoire. La présidente de la région a ainsi ouvert le bal des discours en rappelant que Livre Paris est un « Salon qui révèle la lumière des songes et l’encre des pages », tout en déclarant : « Nous voulons être la région du livre ». 
 
Pour cette édition, il ne s’agit pas d’un pays invité d’honneur, mais de l’Europe, qui comme le rappelle Gauthier Morax, directeur de la programmation du salon, est d’une importance capitale dans la programmation dévoilée alors. 
 
Ce sont ainsi quatre axes de réflexion qui vont courir tout au long de l’événement : l’Europe décrite par les nouvelles voix de l’édition, les grandes dates de l’Union européenne et leurs résonances aujourd’hui, le questionnement des grands débats politiques et géopolitiques et enfin la réflexion autour des problématiques européennes au sein des différents pays par le biais des auteurs. 
 
Pour l’international, la ville invitée d’honneur, Bratislava (Slovaquie), en profitera pour présenter la littérature slovaque à la France pour reprendre les mots de Miroslava Vallovà (directrice du centre d’information sur la littérature à Bratislava). Et le Sultanat d’Oman sera également mis à l’honneur à Livre Paris, mêlant littérature et musique, notamment au travers de son orchestre d’une quinzaine de musiciens, et la traduction pour l’occasion d’une vingtaine de titres, de l’arabe vers le français. 
 
Une chose est sûre, Sébastien Fresneau (directeur de Livre Paris) et Gauthier Morax ont concocté un programme rythmé et coloré, en renforçant les points fort de l’édition de 2018 et en renouvelant le projet artistique, tout en ayant inclus depuis le départ les éditeurs dans le processus de création.
 
Livre en Région ou « Région du livre » ? 
 
En Île-de-France, ce sont « 21 millions d’euros qui sont investis dans la stratégie pour le livre », et 4 millions d’euros ont été ajoutés à cette somme l’année dernière afin de rénover et de construire des médiathèques sur le territoire. 
 
Valérie Pécresse a par ailleurs rappelé que « les auteurs doivent pouvoir écrire ». Pour ce faire, et depuis 2016, ils sont 58 a être ou avoir été en résidence dans la Région, sur les quelques 44 000 auteurs vivant sur le territoire régional. 
 
Les librairies ne sont pas en reste, avec une cinquantaine d’établissements indépendants aidés au cours des deux dernières années. Toutefois, comme le rappelle la présidente de la Région : « on ne peut pas vouloir une librairie et des commerces de proximité, et acheter ses livres sur Internet ».
 
Les leçons de littérature, qui dans leur première édition ont concerné trente lycées, ont été un franc succès, et sont reconduites en 2018-2019 pour englober une centaine de leçons programmées jusqu’au mois de mai. Et de rappeler que, dans le cadre de ces leçons, les auteurs intervenants sont rémunérés : « Je considère que c’est un cours qui doit être préparé et donc c’est important [la rémunération] pour que cela s’inscrive dans la durée », « il ne s’agit pas de bénévolat »
 
Dans cette veine d’intention de rapprocher les jeunes du livre et de la lecture, Valérie Pécresse a annoncé la mise en place dans les lycées de « Clubs de lecture », pour que les étudiants deviennent eux-mêmes ambassadeurs du livre dans leurs propres lycées. Un appel à projet sera lancé pour avancer sur leur mise en place. 
 
« Quand le livre est fragile, la Culture est en sursit » (Vincent Montagne)
 
La Région est un « partenaire historique du salon » avec des « liens anciens actifs », comme l’ont répété aussi bien Valérie Pécresse, que Vincent Montagne, président du Syndicat national de l’édition. En ce sens, la Région possède l’un des plus grands stands de Livre Paris, afin d’exposer la richesse éditoriale des 80 éditeurs indépendants qui y auront leur place. 
 

TEMPS DE LECTURE: 3 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES LIÉS