McDonald’s au SLPJ : inutilité d’un « débat avec des arguments manichéens » pour S. Vassallo

Par : Caroline Garnier

15/11/2018

La polémique ne cesse d’enfler après les révélations du Canard enchaîné dans son édition de mercredi, sur l’existence d’une pétition contre la participation de McDonald’s au Salon du livre jeunesse et de la presse de Montreuil qui ouvrira ses portes le 28 novembre prochain.

Anonyme, le texte publié en ligne a recueilli à l’heure où nous écrivons ces lignes plus de 2300 signataires. Il dénonce le fait que McDonald’s prévoit de « tenir un stand » au SLPJ alors que la marque est dénoncée non « pas comme un acteur culturel, mais une chaîne internationale de consommation alimentaire des plus standardisées ». Surtout, l’enseigne serait « la seule entreprise extérieure au monde de l’édition ou de la culture à tenir un stand ». Sa présence est en conséquence perçue par les auteurs - anonymes -  du texte comme « une stratégie en or pour tenter de faire oublier les scandales successifs de malbouffe, d’évasion fiscale et d’exploitation de salariés. »

Jointe ce jour par Booksquad, Sylvie Vassallo, directrice du Salon, considère la polémique sans fondement. « Contrairement à ce qui est véhiculé, il n’existe pas de stand ‘McDonald’s’. Il s’agit en réalité d’un espace de lecture accolé à Hachette Livre, qui ne représente qu’un 1/1000è de la surface du salon », précise-t-elle. D’autant, ajoute-t’elle que «aucun soutien à la marque n’est présent dans le salon ».

Le partenariat de McDo avec Hachette Jeunesse remonte à 2015, consistant notamment à la distribution gratuite de livres aux enfants dans les menus Happy Meal de la chaîne. La dernière collection est signée Marc Levy. L’enjeu pour Sylvie Vassallo n’est donc pas tant financier que de promouvoir la lecture dans les quartiers populaires, au plus grand nombre.

Sylvie Vassallo tient également à rappeler le thème du salon, le futur, qui s’inscrit dans l’ambition de proposer des ateliers et des débats avec les enfants quant à la contribution qu’ils peuvent apporter aux problématiques actuelles dans leur avenir.

Interrogé par Le Monde, Vincent Monadé, président du Centre national du livre rappelle que McDonald’s donne aussi « depuis 2016 aux enfants démunis 100 000 euros de Chèques Lire, dans le cadre de l’opération ‘Partir en livre’ » du CNL. L’enseigne jouant par là, insiste le président du CNL, « un rôle important dans le combat pour la démocratie culturelle ».

 


Cette polémique n’est pas sans rappeler l’indignation suscitée en 2010 par la campagne de publicité de la chaine utilisant les personnages des aventures d'Astérix. Une vignette représentait la tribu gauloise au sein d’un restaurant McDonald, et une bulle scandait le slogan de la chaine : « Venez comme vous êtes ». La maison d’édition (Les éditions Albert-René, filiale d’Hachette Livre) et Albert Uderzo avaient été accusés par les internautes de « sacrifier un pareil monument de la BD aux hordes de Romains », voire de susciter le dégoût en cédant à la grande consommation. Les Editions Albert René avaient alors refusé la polémique, estimant que « cette campagne [existait] en partenariat avec McDonald’s parce que le message convenait et parce qu’elle n’enlève rien aux valeurs des personnages. »

Du côté du SLPJ, Sylvie Vassallo affirme ne pas refuser le débat. Tout en précisant que « ça ne vaut pas la peine de se battre avec des arguments manichéens ».

   


Crédits photos :
Vignette de Une : Creative Commons
Visuels d'illustration : SLPJ / Éditions Albert-René

TEMPS DE LECTURE: 2 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS