Les formats poche et numérique pour contrer la baisse générale de l’édition

Par : Lucile Payeton

27/06/2019

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a rendu public ce jeudi, les chiffres clés de l’édition 2018-2019. Le rapport du SNE montre ainsi que le livre de poche et le livre numérique offrent des perspectives aux éditeurs qui constatent une baisse des ventes de livres. Entre 2017 et 2018, celles-ci ont diminué de 2,5 %, passant de 430 millions d’exemplaires vendus à 419 millions en 2018-2019.

Parce que le public n’a pas été au rendez-vous l’an dernier (rentrée littéraire moins fructueuse et manifestations sociales obstacles à la consommation, entre autres), le chiffre d’affaires du secteur  a baissé de 4,4 % entre 2017-2018 et 2018-2019, passant de 2 792 millions d’euros en 2017 à 2 670 millions d’euros. 

Néanmoins, les données collectées auprès de plus de 160 éditeurs confirment que le livre reste un bien de consommation très présent dans le panier des Français, grâce notamment au format poche et à la montée du numérique.

La constante du livre de poche

Malgré une baisse légère de son chiffre d’affaires (379,5 millions d’euros en 2017-2018 à 377 millions d’euros en 2018-2019), suivant la tendance générale de l’industrie, le format poche reste l’un des plus stables et lucratifs du secteur. 

Représentant presque 15 % du chiffre d’affaires total des éditeurs, le format poche pèse pour 27,4 % des exemplaires vendus. Le livre de poche est donc un « secteur stratégique » pour les maisons d’édition françaises. Plébiscité par les lecteurs, sa praticité et son prix bas restent les principales clés de son attractivité. 

Même si de manière générale la littérature généraliste a vu ses ventes baisser de 5,7 % (567,9 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2018-2019), le genre est celui qui pèse le plus dans le chiffre d’affaires du format poche avec 223 millions d’euros et 63,3 millions d’exemplaires vendus, soit 59 % du marché du livre de poche en France. 

Une hausse de la production éditoriale en 2018-2019

La production éditoriale a augmenté de 2 % entre 2017-2018 et 2018-2019, passant ainsi de 104 671 titres à 106 799 titres. Cependant, moins d’exemplaires ont été produits. De 522,8 millions d’exemplaires produits en 2017-2018, 505,4 millions seulement ont vu le jour en 2018-2019. 

Cette baisse de production peut s’expliquer par un choix des éditeurs à produire moins de nouveautés (47 538 nouveaux titres en 2017-2018) contre 44 968 en 2018-2019, (soit -5,4 %), privilégiant ainsi la réimpression de titres déjà parus, et donc connus du public. Les réimpressions ont ainsi augmenté de 8,22 % en 2018-2019, avec plus de 61 800 titres réimprimés. 

Bien que le tirage moyen ait baissé de 5,25 % l’an dernier (avoisinant les 4.700 exemplaires), ce choix stratégique pourrait relancer le débat sur la surproduction, abordé lors des États Généraux du livre du 4 juin dernier. De plus, ces chiffres posent la question du renouvellement des auteurs dans les catalogues des maisons, les auteurs et livres à succès semblant privilégiés aux auteurs et autrices émergeants.

En 2018-2019 plus de 14,7 % des retours ont été pilonnés (détruits), avec 24,8 % des livres envoyés aux distributeurs finissant au pilon - un chiffre stable depuis 2016-2017. 

Le numérique, encore modeste

Le chiffre d’affaires de l’édition numérique a progressé en 2018-2019, passant de plus de 202 millions d’euros en 2017-2018 à plus de 212,6 millions d’euros en 2018. Ce chiffre d’affaires est dominé par deux segments principaux : la littérature (de 25,7 millions d’euros à 27,3 millions d’euros) et le professionnel et universitaire (150,5 millions d’euros en 2017-2018 à 157,3 millions d’euros en 2018-2019). 

La part du format numérique dans les ventes totales enregistrées reste mince à 8,42 % en 2018. On remarque néanmoins une hausse infime, inférieure à 1% par rapport à 2017-2018.

La vente de livres numériques à l’unité reste le principal mode de consommation de ce format, avec 50 % des ebooks vendus téléchargés ou lus en streaming. 

Même si les formats du numérique (ebook et audio) progressent dans le coeur des lecteurs, le livre audio n’est pas encore représenté dans les chiffres-clé du SNE, qui appelle cette année à une contribution des éditeurs proposant un catalogue de titres audio pour son rapport 2020.

TEMPS DE LECTURE: 3 minutes

3 commentaires sur “Les formats poche et numérique pour contrer la baisse générale de l’édition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES LIÉS